Transhumances

Cet article a été écrit entre janvier et avril. J’ai eu un mal fou à trouver les mots, trouver le ton, ordonner un tant soit peu mes idées. Clairement les choses sont encore un peu confuses et je me suis demandée nombre de fois avec qui, au final, je réglais mes comptes ? Moi, les autres, quelque chose de plus global ? Je suis pas sûre d’avoir la réponse, ce n’est pas important. Mon corps m’ordonne de faire sortir ce qui reste trop longtemps coincé en moi et c’est une urgence à laquelle je me dois d’obéir, peu importe la forme.

Ce matin je suis tombée sur ça et de pensées en réflexions j’en suis venue à me dire qu’on avait une sacrée chance de pouvoir “choisir” notre spiritualité, là maintenant dans ce pays, dans cette région, à l’endroit où l’on habite. Remettre les choses dans leur contexte, à leur place, prendre du recul ça fait du bien je vous apprend rien. Ca permet de calmer les nerfs de la dramaqueen en nous qui s’invite dès que quelque chose va de travers et qui caresse dans le mauvais sens du poil notre petit égo merdique d’occidental. On peut tous geindre sur notre petite vie et y’a des jours où putain ça fait du bien, mais il faut aussi contrebalancer et apprendre à calmer les êtres de peurs que nous sommes.

 

Quand tu passes d’une pratique bien définie à …
J’y réfléchissais déjà depuis des semaines mais l’article de Lyra a fini par me convaincre d’écrire là dessus. Je me souviens avoir pensé il y a quelques années, et avec tout mon cœur, que la voie sorcière était la mienne. Je n’en étais pas obsédée, c’était un sursaut de conscience tranquille, j’avais l’impression réelle d’avoir enfin trouvé ma route, j’étais sereine. Je vivais ma pratique sans quasiment aucun livre sur le sujet, sans pratique définie, j’en étais débarrassée car tout me venait intuitivement. Et je croyais fermement que ça resterait comme ça pendant très très longtemps voire jusqu’à la fin de ma vie. J’en étais heureuse, apaisée.
D’ailleurs je dis “bien définie” mais elle l’a toujours été par d’autres et finalement pour les autres. Par rapport à une tradition, un mouvement, un groupuscule. je trainais mes guêtres de sorcière autoproclamée par arrogance, par besoin de reconnaissance, par idéaux, par illusions. J’ai rapidement fait face à des questionnements personnels dès que je me suis rangée moi-même dans une petite case bien proprette qui me donnait assez d’espace pour ne pas avoir l’impression d’être enfermée mais avec des murs assez épais pour me sentir protégée. C’était efficace, sans douleur et confortable. Pourtant le malaise est arrivé petit à petit. Il s’est passé en deux temps : d’abord comprendre que la spiritualité apparente et les sacro saintes pratiques personnelles d’une grande majorité (oui, pas peur de le dire) étaient totalement de façade, pour faire joli et être accepté mais que derrière les comportements, surtout en privé, étaient totalement à l’opposé du prêchi-prêcha, ça date mais ça m’a clairement marquée et ça a été la base. Deuxio l’émergence d’une autre forme de spiritualité  qui était entrain de s’implanter lentement depuis des mois mais qui m’a popé à la gueule brutalement et qui a balayé absolument tout ce qui existait et avait un sens pour moi avant. Je l’ai assez mal vécu, c’était tout un voile que l’on m’enlevait des yeux : tu regarde et tu accepte, tu détourne les yeux et se sera encore plus violent. Je passais d’un désir et une sensation de besoin de me référer à quelque chose, même si cela datait de plusieurs siècles/était très récent, même si cela m’amenait à de l’isolement (et on peut se sentir infiniment et atrocement seul, l’indice qui pointe du doigt que l’on est pas sur le bon chemin et qu’il faut se remettre en question, changer de point de vue) même si j’avais en même temps l’impression d’être honnête avec moi même mais pourtant de sentir qu’il y avait un malaise. Ce malaise s’est amplifié jusqu’à ce que plus rien n’ait de sens. Maintenant quand je repense à la “sorcellerie traditionnelle” (j’ai passé des heures à comprendre ce qui pouvait bien être traditionnel et sous quelle légitimité, mes aieux j’en ris encore) je me revois fascinée surtout par des concepts et des jolies histoires. C’était comme d’aller au musée, tu peux presque toucher du doigt ce qui te passionne mais l’accès t’est pour toujours refusé, parce qu’il n’y a tout simplement plus rien à voir ou à comprendre pour toi, maintenant. Ressortir des rites, des supposés traditions et rituels, des anciennes fêtes complètement fantasmées à mort, tout ceci articulé et retransmis par des personnes qui s’appuient sur les écrits d’écrits d’écrits, des traductions très bancales, des délires mono maniaques, des hypothèses et suppositions, des pans entiers de l’Histoire totalement manipulés … que dire de plus ? Ca crève les yeux. Non je ne suis plus la petite blonde/rousse/châtain (jamais autant changé de couleur de cheveux d’ailleurs pendant cette période, symptomatique) qui se balade avec tout un attirail complètement useless pour tenter de se connecter à des choses qui ne sont en aucun rapport avec ce que je vis maintenant, avec qui je suis maintenant. Je ne renie pas pour autant cette grosse période (qui s’étire en tout et pour tout sur environ 9 ans) que j’avais besoin de vivre. Si tout ceci n’existait pas je n’aurai pas pu évoluer vers les terres où je suis maintenant et qui sont totalement libres.

 

Rien … ou plutôt le commencement…
Les symboles de la roue qui tourne ainsi que du cycle qui revient perpétuellement sont deux choses assez parlant dans mon histoire personnelle car c’est un schéma que je traine et qu’il me faut casser. J’ai repensé il y a pas longtemps à la roue de l’année et c’est dingue à quel point c’est la représentation parfaite d’un cycle qui t’enferme dans quelque chose de bien délimité et défini quand tu jure par tout les dieux que c’est quelque chose de libre. Reproduire sans cesse les mêmes gestes, les mêmes phrases, les mêmes concepts. En ce sens plus aucune tradition, plus aucun mouvement religieux ni plus aucune idéologie ne font sens à mes yeux : ce sont des abattoirs à cerveaux et à âmes bien huilés. Mais ils rassurent ! C’est là un de leur plus efficace mécanisme.
Aujourd’hui je ne suis plus en quête, non pas parce que j’ai trouvé quelque chose mais parce qu’il n’y a tout simplement rien à chercher. Tout est déjà mis à disposition. Cette joie de ne plus ressentir l’envie et le besoin spirituels, cette liberté extatique je la souhaite à quiconque se met en chemin.
Ce qui a changé du tout au tout c’est de me sentir terrienne et humaine. On bascule au delà des simples concepts, on bascule au delà de la gentille offrande laissée pour une demande. C’est sentir toutes les connexions que cela implique, c’est comprendre la majesté de sa propre vie, de sa propre existence, la petite merveille, la prouesse, des deux pieds que l’on a qui touchent le sol humide d’une forêt qui n’existe telle qu’elle est seulement sur cette planète.
Je me relis, on pourrait presque croire que je suis bien perchée mais, pourtant, c’est lorsque je me suis dépouillée de tout que je suis arrivée au centre. Je ne dis pas que les pratiques chamaniques par exemple et toutes les autres de n’importe quelle partie du globe ne sont pas crédibles je pense seulement que les guérisseurs font la même chose et sont assistés des mêmes énergies, peu importe l’enrobage culturel et folklorique. A partir de cet éclairement là je n’ai plus jamais éprouvé le besoin de m’entourer d’objets particuliers et surtout pas venant du passé, ni de dates dictées par quelqu’un un jour, ni de quoi que se soit d’autre. J’ai remplacé tout ceci par l’échange. Mais aussi par les passages entiers à vide, les tâtonnements partis de zéro sans livre sans manuel, les expériences foirées et surtout l’écoute et l’observation de mon propre être. Je n’ai jamais autant appris depuis. Les 9 années de “païenne”, que je n’ai jamais été d’ailleurs, ont été 9 ans de stagnation complète en comparaison.

Ceci dit, bien sûr que tout n’est pas rose et simple et cette nouvelle année risque fort d’être ce genre d’année charnière qui vous propulse sur un chemin que vous n’aviez pas vu, pas même soupçonné, et qui remet tout en question, en changement, et surtout qui vous pose des difficultés, lentement, les unes après les autres.
Je crois que vous êtes nombreux je pense à avoir compris qu’il n’y avait plus rien à voir avec le paganisme sur ce blog depuis un bon moment maintenant. Vous m’avez peut être vu “basculer” au fil des mois, surtout ceux de silence, me diriger vers une voie dont ma foi on ne parle pas vraiment si ce n’est dans des blogs à connotation franchement new-age et qui de prime abord ne racontent pas grand chose d’intéressant sinon des dialogues un peu hauts perchés voire flippants sur toute une autre dimension de la spiritualité .. Petit à petit j’ai arrêté de lire les blogs que je suivais depuis des années, sauf 1 ou 2, j’ai fait un grand tri dans ma wishlist Amazon, je me suis séparée de tout un tas d’objets. Et que restait t-il au final ? Il n’y avait que mon propre reflet, c’est là que j’ai compris à quel point je m’étais évitée. J’avais soigneusement tourné autour du pot en me plongeant  dans tout un tas de choses mais je ne me faisais jamais face.

On dit très souvent qu’il faut connaitre ses parts d’ombres enfouies pour contrebalancer sa lumière. Je me suis rendue compte un jour pas si lointain que c’était tout le contraire. On connait bien plus ses parts d’ombres que celles de lumière, et il est infiniment plus dur de travailler avec celles ci. On traine l’ombre avec soi chaque jour : on parle mal, on est médisant, on se moque des gens en secret dans notre tête, on ment, on se voile la face, on reporte au lendemain ce que l’on a peur de faire, on se cherche des excuses, on se lamente, etc … non … il n’y a pas besoin de chercher aussi profondément qu’on le dit. On vit avec le plus fort des démons chaque jour : la peur. Et vous voudriez creuser encore plus loin ? Moi je trouve que c’est déjà beaucoup de boulot. Quand on déteste quelqu’un il est plus facile de le gifler que de le considérer avec compassion et l’enlacer. On se trompe. Déployer ses ailes demande beaucoup plus d’abnégation que tout autre travail…

Alors me voici maintenant, un peu plus nue et un peu plus proche de qui je suis vraiment. J’ai accepté sereinement maintenant de ne pas/plus être lue, de ne plus rentrer dans un costume qu’on aurait bien voulu/préféré que je porte. Je n’ai aucune considération pour les personnes qui ont pu cracher dans mon dos je leur souhaite au contraire bonne route. Je continue la mienne en échangeant de temps en temps, parce que je peux quand même pas m’empêcher de bavasser ici, et en vous lisant quand le cœur vous en dit.
Merci.

cameringo_20160407_134951
Chapitre suivant…

7 thoughts on “Transhumances

  1. C’est marrant, tout ce que tu dis sur le dépouillement ça me fait penser à une phrase de Gita Mallasz dans dialogues avec l’ange qui disait “Mais, sur le chemin, n’apportez rien d’ancien avec vous! Le vide attire le vide, vous devez partir sans vêtements! Un vêtement neuf, encore jamais vu vous attends. Dans ton travail aussi, quitte l’ancien. Cherche le tout nouveau, ne crains pas de rester sans vêtements, tu ne peux pas t’habiller de neuf si tu n’ôtes pas l’ancien.”
    Bref tout ça pour dire, bon courage sur ton chemin! C’est courageux et nécessaire comme prise de conscience. Si chacun avait le courage de suivre son propre chemin et respecter celui des autres, le monde serait plus agréable à vivre.

    1. Quel joli passage ! Et très juste. Merci de l’avoir partagé =)
      Après je peux pas parler pour les autres, chacun sa manière et ses moyens d’évoluer mais pour ce qui est du respect oui ça c’est certain ^^

  2. 🙂
    Waouh, c’est vraiment super.
    Il est vrai que les religions peuvent facilement être un abattoir à cerveau. Un culte bien défini peut être un soutien, un folklore poétique et philosophique, mais la spiritualité… N’est rien d’autre que du dépouillement, au final. Face à soi-même, surtout.
    Je fais partie des personnes qui ont vu ton évolution au fil des mois (de silence, surtout, comme tu dis ^^ ). Non je ne suis pas une voyeuse-psychotique, mais j’aime lire des témoignages de personnes qui s’investissent vraiment et font du mieux qu’elles peuvent avec ce qu’elles ont. En cela, ton blog est très riche.
    Tu ne me reconnaîtras pas sous ce pseudo (je tiens à rester anonyme vis-à-vis de mon blog). Mais ça te mettra peut-être la puce à l’oreille si je te dis que nous avions correspondu par lettres il fut un temps, et que tu es une des premières personnes (parce que nous étions des quasi inconnues) à qui j’ai pu parler du fond de ma spiritualité, et donc de mon âme, d’une façon qui aurait pu en faire fuir plus d’un! Et comme c’était immature, encore, hihi. On ne cesse jamais vraiment d’avancer n’est-ce-pas? Même lorsque l’on pense stagner.

    Super contente pour toi, on sent la libération dans cet article. Peut-être avec des peurs, mais qui n’en a pas! Tu es vraiment une femme courageuse.

    Bisous bisous,
    Cael

    1. Ha ! J’ai ma petite idée 😉 Je correspond pas non plus avec 36 personnes :p
      On ne cesse jamais d’avancer effectivement, et c’est encourageant ! Même lorsque l’on croit que tout stagne ..
      J’espère que tu vas bien en tout cas, je te fais plein de gros bisous !

  3. Bonjour Waldatura,
    Je suis une lectrice de ton blog depuis quelque mois. J’en aime la pudeur, même si le nom peut sembler peu adapté, c’est ce que je ressens. Cette impression de partage de ce qui t’es cher sans trop en montrer.
    Par ailleurs grâce à toi, j’ai pu découvrir l’oracle de Cristal. Et je dois dire que je n’ai pas été déçue du voyage …
    Je ne suis pas païenne, d’ailleurs je ne savais pas que cela existait, et encore moins la magie, sorcellerie ect… je suis arrivée sur les sites de la sphère païenne, par les cartes / tarots / oracles qui sont en filigrane de mon existante. Pour moi ce sont de fabuleux outils de connaissance de soi et des autres, j’ai aussi un parcours dans “l’énergétique”.
    Quant j’ai déboulé sur vos blogs / sites / forums, j’étais fascinée, j’avais l’impression de rentrer chez moi, tout me semblait familier, comme si d’anciens souvenirs se matérialisaient … C’était si joli et si réconfortant mais une part de moi n’y croyait pas, donc cela a été une petite déception.
    En fait, je crois il n’y a rien de plus troublant que la liberté car ce que l’on en fait dépend de nous et pas d’une référence extérieure. Pour moi, il s’agirait d’une synthèse de ce qui nous a porté et de ce qui nous porte encore. Pas une réaction en opposition ou en soumission aux situations vécues. Avec pour moi la limite de ne pas intervenir volontairement dans la vie des autres. Que chacun soit en responsabilité de sa vie.
    Concernant la part d’ombre, je ne suis pas d’accord avec toi sur le coté sombre de l’ombre. Pour moi la part d’ombre, c’est tout ce qui caché, refoulé, qui nous est essentiel et qui pourtant est maintenu sous couvert parce que c’est inacceptable dans la vie “normale”. Cela peut recouvrir certains dons / aptitudes qui nous font peur parce que notre environnement nous a appris au mieux à ne pas les considérer comme valables, au pire a en avoir peur ou a les détester. Ainsi peuvent être envoyés vers les limbes des rêves artistiques, des qualités, des choix de vie … Tout ce qui peut donner ampleur et complétude à notre personnalité, et qui nous revient en pleine gueule avec pertes et fracas à certaines périodes de nos vies …

    Je m’étale, je m’étale, … je pourrai en faire des tartines …

    En tout cas, bienvenue …

    Hécate…

    1. Bonjour/soir Hécate, et merci de ton commentaire =) ( et surtout de me lire ^^)
      C’est très bien d’être en désaccord, c’est ce qui fait avancer les choses aussi ! Et ta vision en ce qui concerne la part d’ombre est intéressante ! Au final je pense que c’est un tout, qur lequel nous ne mettons sans doute pas tous les mêmes mots mais que nous ressentons à peu près de la même manière consciemment et inconsciemment ^^
      Et de rien pour l’oracle, une pure petit merveille, je suis ravie qu’il t’ait parlé à toi aussi =)

      N’hésite pas si le coeur t’en dis à donner ton avis sur d’autres articles, ou me contacter par mail pour approfondir nos échanges =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*