Journal d’une voyante

41xTNhf5eEL._SX315_BO1,204,203,200_ ” Il y a quelques années, j’ai perdu la mémoire, une amnésie qui dura plusieurs mois et qui faisait suite à une agression. Ce que j’avais appelé alors : la consultation de voyance de trop. J’étais voyante réputée, je consultais dans un grand appartement cossu et beaucoup de mes clients étaient célèbres. Du jour au lendemain, tout s’arrêta. Je ne me souvenais plus de rien. Je dus arrêter temporairement de travailler et décidai de voyager. Je tentai de reconstituer ma mémoire peu à peu, lors d’un périple qui me mena au Danemark, en Suisse, en Sierra Leone, en Pologne, à New York, Amsterdam et bien entendu aussi à Paris. Je me mis alors à écrire un journal de bord répertoriant les événements majeurs de cette période d’amnésie et à y retranscrire également les cahiers intimes que j’écrivais depuis mon adolescence. Des cahiers intimes parlant de mon enfance, de ma famille, de mes amours, de mes diverses consultations de voyance et de médiumnité à travers les années. La mémoire est soudainement revenue. Aujourd’hui j’ai décidé de publier mon récit autobiographique tout en lui conservant une part de mystère pour protéger les personnes qui y sont mises en scène. Le lecteur fera lui-même la part du vrai de ce qui se cache derrière tous ces personnages ayant traversé ma vie : consultants, amis, amours, ennemis… ”

Cela faisait un sacré bout de temps que je ne m’étais pas intéressée à une biographie, encore moins celle d’une femme, et encore moins celle d’une voyante. Cet ouvrage m’est tombé sous le nez lors de mes errances amazoniennes et l’ayant maintenant terminé c’est à la fois un soulagement, un malaise et de la joie pour l’auteure. Ce qui m’a incité à l’acheter est cet arrêt brusque qui a fermé ses perceptions pendant un moment, j’avais envie de savoir comment elle avait gérer tout ça et j’étais aussi curieuse de savoir si elle rentrerait dans les détails en ce qui concerne la façon dont elle perçoit ses capacités. De ce côté j’ai été servie mais pas comme je m’y attendais. J’ai du laisser le livre à environ la moitié tant son récit était devenu oppressant, mélancolique et franchement déprimant. Sans doute étais-je moi même dans une période pas très glop aussi j’ai préféré mettre en pause. Ce qui fait l’intérêt de l’histoire de Nathaly Bloch c’est aussi et surtout les milieux qu’elle a côtoyé, les personnes issue de classes sociales si vastes. J’ai aimé qu’elles soient souvent en totale opposition, de la personne lambda à une star de la télé, parce qu’on se rend compte que peu importe où l’on a les pieds on a tous les mêmes interrogations : l’amour, l’argent etc. Ca ne change pas.
Ce qui fait l’autre force de ce récit ce sont les descriptions de déroulement de séance mais surtout comment les choses se passaient intérieurement pour Nathaly,  ses perceptions, sa façon de se concentrer, les objets qu’elle utilisait ou non, pourquoi telle question, pourquoi tel geste, ce qu’elle s’autorisait à dévoiler ou pas etc. C’est une incursion directe plus intime dans la façon dont elle gère ses capacités qui nous permet d’avoir une idée plus concrète sur la manière dont elle les vit au quotidien et de façon professionnelle.

La dernière partie du livre se concentre sur des conseils si l’on souhaite soi même proposer une séance de voyance : “9 règles de base pour réussir au mieux sa séance de voyance”. Elle y propose en de cours paragraphes des réflexions personnelles à propos de thèmes pour lesquels elle a du elle aussi au départ travailler et donner une direction. En seconde et dernière partie est abordé le thème de la voyance avec l’au-delà ensuivant le même processus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*