Don’t wipe your feet on my spirituality

Dans mon cheminement jusqu’ici j’ai rarement croisé des personnes qui étaient le cul entre deux chaises comme moi c’est à dire qui naviguaient entre le néo-paga et le christianisme (en Europe, je n’englobe pas les vodooisans). Autant cela n’était pas spécialement gênant au départ, je n’avais pas encore fait les choix conscients que j’ai fait maintenant, autant au fil du temps j’avoue que cela a participé à un mélange d’émotions qui n’étaient pas spécialement super : l’incompréhension (je sais bien que je suis pas la seule mais où sont les autres ? ..), la curiosité (c’est quand même bizarre que les gens ne s’y intéressent pas plus), la frustration (j’ai envie d’en parler mais qui ça va bien pouvoir intéresser ?), la solitude (personne d’autre dans mon entourage ne se sent concerné).
Et moi comme vous avez pu le constater j’aime bien discuter, donc à priori c’était mal parti, d’autant plus que quand j’essayais un peu de tâtonner mon interlocuteur j’avais 99% du temps droit aux arguments que tout le monde sort sans avoir réfléchis deux secondes dans son coin : les monos sont tous des méchants, c’est de la merde, non mais attends guerre de religions blablabla.

Monothéiste est devenu un terme ultra péjoratif, lancé à tort et à travers, le mot bouc-émissaire parfait pour tout. Je vise ici concrètement les divers espaces païens (forum, blog, groupe etc) auquel j’ai participé, que j’ai lu etc. “Ne faisons pas comme ces monothéistes”. Seriously ? C’est d’une pédanterie absolument dégueulasse, quand je lis ça moi ça me fait l’effet d’une gifle. Je n’arrive tout simplement pas à me faire à l’idée qu’on en soit toujours à ce stade du bon et du méchant. Ce sont toujours les mêmes rengaines qui sont utilisées, pour des gens qui prônent généralement l’ouverture d’esprit spirituelle et humaine ça la fou mal et j’ai honte de ce paganisme la.
D’abord, “ces monothéistes” qui sont-ils exactement ? Est-ce que seulement la personne qui balance ça en connait un seul ? Ou est-ce qu’elle répète inlassablement les mêmes stupidités qui sont jetées comme des vérités sans réfléchir une seule seconde à ce que ça pourrait bien pouvoir dire ? Est-ce l’effet papillon journalisme vomitif qui met tout les chrétiens dans le même sac ? -> politisés, riches ou en tout cas très aisés, passéistes, proprets sur eux et une réponse à tout, surtout sur ce qu’on leur demande pas.
J’aimerai qu’un jour les gens comprennent que les catholiques, qu’ils soient intégristes ou pas, que l’on met constamment en avant histoire de rassurer une France bien pensante d’un côté et de stigmatiser pour déclencher la haine de l’autre ne sont que des jouets qui ne servent qu’à orienter nos aprioris et nos idées toutes faites qui ne demandent que de la documentation poubelle (Tv & co). Ils ne sont pas aussi nombreux qu’on veut nous le faire croire et le reste, ceux dont on ne parle jamais parce que pas assez caricaturaux ni assez fouille merde donc pas exploitables pour faire un peu d’audimat, s’en contrebalancent les miches de ce que les autres pensent de leur spiritualité. Un peu ce qu’on devrait faire quoi.

Donc, oui, les cathos (m’enfin y’a aussi les protestants et tout les autres mais évidemment on en parle jamais c’est bien trop compliqué faudrait déjà comprendre les différences) anti-homo (plus tout le reste, la liste est trop longue) ne représentent pas vraiment une bonne vitrine pour leur religion et il clair qu’il ne faut pas faire certaines choses comme eux mais même dans ces catholiques (j’englobe ici tous les catholiques) il y en a qui vont de plus en plus à contre courant.
J’ai déjà discuté avec des catho’, des chrétiens, curieusement  ils ne me sortent jamais que les païens sont des gros cons qui ont massacré les leur il y a des siècles, chose que pourtant “nous” on se complait à ressasser à longueur de temps. Vous y étiez vous ? Moi non. Eux non plus et ils ont la sagesse de dire que certes c’était moche mais qu’ils n’en sont pas responsables, qu’ils ne se sentent pas concernés et qu’ils aimeraient plutôt avancer dans leur foi et découvrir d’autres personnes qui puissent leur apporter des choses, qu’elles soient monothéistes ou pas.
Bien sûr je dis pas qu’ils ont tous une ouverture pareille, mais il y en a, beaucoup, et dire “ne faisons pas comme ces monothéistes” c’est aussi les englober et ça me blesse. Parce que je me sens concernée, parce que pour plusieurs raisons je me sens autant chrétienne que païenne.

J’en ai vraiment ras le bol d’entendre tout le temps ce ramassis de conneries sur des choses qui sont arrivées y’a des siècles. Ca sert à quoi ? A part alimenter une conscience collective bien pensante qui se permet à tout bout de champs de prouver que les méchants c’est les autres et pas eux ? C’est quoi ce réflexe minable de toujours pointer du doigt que la société est fondamentalement christianisée (déjà d’où..), que c’est à cause d’eux qu’on a pas pu faire les choix qu’on voulait ohmygod c’est vraiment trop inzuste. Tout le temps entrain de ouiouiner sur des concepts qui ne les touchent absolument pas de près et d’invectiver ce Grand Méchant Christianisme qui a absolument tord sur tout et qui est le diable incarné sur Terre (c’est quand même ultra pratique, qu’est-ce qu’on ferait pas sans lui). Mais sortez de vos cerveaux deux minutes. Allez parler avec des chrétiens, des catholiques, demandez leur ce qu’ils en pensent et revenez après. Les gens seraient tellement surpris de constater que “les autres” veulent la même chose que “nous” : qu’on leur foute la paix. Parce que c’est pas marqué sur leur front qu’ils sont chrétiens ou cathos, ils ne balancent pas des “que dieux vous bénissent” à tout va, on en est pas encore au niveau des states bien que parfois j’ai moi-même eu envie plusieurs fois de le dire à quelqu’un parce que cette personne m’avait tirée d’un mauvais pas ou que sais-je. Et comme cette formulation est belle quand dite avec le coeur !
Certains portent des médaillons (croix, vierge, saint) et c’est bien le seul signe distinctif. De même que les néopaiens ont le droit de porter ce qui leur chante. Jamais je me suis faite arrêter dans la rue par un chrétien pointant du doigt mon collier Cernu’, entrain de faire le signe de croix en me traitant d’hérétique (et entre parenthèse, la sorcellerie trad’ des campagnes est bourrée de rites chrétiens mélangés à des rites païens, cqfd) Cette espèce de victimisation est vraiment lourdingue. Vous faites ce que vous voulez y’a personne pour vous en empêcher à part vous même. Le paganisme c’est tabou ? la voyance c’est tabou ? oui le pluriamour aussi, les couples avec 12 ans d’écart, les mamans toujours mamans mais en fait qui sont devenues papas etc, bienvenue chez vous ! Ce nombrilisme me sidère. Le fait que le pays dans lequel vous vivez est majoritairement représenté par une religion qui n’est pas la vôtre ne vous empêche PAS de la pratiquer. Alors à part remuer sans cesse la merde historique pour donner un prétexte à tout et surtout à n’importe quoi et à systématiquement rendre les débat qui pourraient être tellement intéressants en “nan mais j’ai raison t’as tord ta gueule la france est chrétienne” .. what the fucking point ?

Il n’y a rien d’incompatible entre les diverses religions. Ce n’est que richesses personnelles constantes de comprendre qu’il n’y a aucune frontière.
J’aime les sites sacrés, qu’ils soient une source, une forêt, une cathédrale. Je ressens le même vertige, je me sens proche des gens qui viennent communier et faire parler leur foi, dans leurs mains jointes, leur regard, leurs lèvres qui remuent doucement. Je me sens proche de cet élan vers le sacré, le divin, quel qu’il soit. Dieu, Jésus, le Saint-Esprit (qui est une matière incroyable de réflexions personnelles) , Marie, Cernu, la forêt, l’océan, mes larmes, ils sont partout. Ils sont la même chose. Ils sont l’énergie. Nous, nous sommes de pauvres cons qui nous amusons à écarter, séparer, couper, des choses qui n’auraient jamais du l’être.
Ces élans de l’âme, du coeur, se sont les mêmes. Un païen et un chrétien parlant ensemble de l’amour qu’ils ressentent lorsqu’ils prient, lorsqu’ils sont émerveillés par un lever de soleil , lorsqu’ils doutent etc, ils peuvent se comprendre. Ce ne sont pas des écrits. Ce ne sont pas des lois. Ce sont des expériences vivantes, concrètes. C’est là ce qui nous relie, c’est là ce que l’on peut partager. Sans polémiquer, sans vouloir savoir qui a raison, qui a emmerdé qui le premier dans l’Histoire. Nous avons tous tord. Nous ne saurons jamais rien, complètement, de ce qui s’était passé autrefois. Un jour un juif a sauvé un chrétien, un chrétien a protégé un païen, dans les petits détails des vies quotidiennes, des secrets, des amours impossibles, des amitiés improbables et défendues, nous ne saurons jamais. Nous savons parce que quelqu’un a écrit des choses sur d’autres. Et quelqu’un a re écrit ce que quelqu’un avait dit. Avec des codes inhérents à l’époque, avec son lot de vanités, d’amertumes, de mensonges, qui ont déformé les faits. Nous ne savons pas.

Et je n’étais pas mieux. Jusqu’à ce que quelque chose ouvre mon esprit, mon coeur en deux. Jusqu’à ce que devant une statue le choc me fasse fondre intérieurement, que je ressens un appel, un désir de connaitre, que tous les préjugés, les niaiseries lues tant de fois, éclatent. Que mon égo lâche encore des mares suintantes et nauséabondes pour laisser filtre la Lumière : “tout ce que tu sais, tout ce que l’on te fait apprendre, est contrôlé”.
Je n’appartiens pas aux croyances qui m’animent, qui me font réfléchir, qui me font expérimenter la vie. Je n’en suis pas prisonnière, je n’en suis pas esclave. Elles définissent petit à petit une partie de mon être mais pas son intégralité.
Si je me sens bien dans un sanctuaire dédié à Marie on va me rétorquer que c’était probablement parce que avant il y avait un temple dédié à machintruc ou une source ou que sais-je. Je m’en contrefou. Je ne veux pas savoir ce qu’il y avait avant. Je suis dans l’instant, je suis là ici et maintenant. Et ce lieu là est chargé d’énergies différentes de celles qui existaient autrefois, si tant est qu’il y avait effectivement quelque chose, pardonnez moi mais la romantisation païenne à outrance je passe mon tour. Ma foi, cet hybride que j’embrasse, me fait avancer sans cesse sur des sentiers inconnus, qui s’interpénètrent, qui m’interpellent, qui cassent mes moules sociaux, mes moules scolaires, mes machinations et mécanisations de l’esprit. Cet esprit, ce random de “10 faits les plus marquants de l’Histoire” je le laisse. Je le dépose à mes pieds, il ne me sert à rien, pas quand je m’ouvre aux beautés de la vie. Je l’abreuve petit à petit quand il me le demande, mais je ne le nourrie plus à outrance d’écrits, de documentations qui ne devraient déjà plus avoir aucun impact. Car plus il est léger et plus le reste passe. Nous évoluons grâce à notre coeur, pas grâce aux traités. C’est dans l’instant subtil d’un rayon qui éclaire une feuille d’arbre et laisse entrevoir les mêmes réseaux que les nôtres, c’est dans le remerciement du regard d’une personne à qui vous avez dit pardon, c’est dans le petit matin froid de décembre qui semble être prêt à enduire vos poumons de givre à chaque souffle. C’est dans la vie. Il n’y a rien d’autre à savoir.

7 thoughts on “Don’t wipe your feet on my spirituality

  1. A une période, peut-être durant les débuts et quand je n’avais pas encore été fascinée par la figure de Jésus, je me victimisais sans doute ainsi sans avoir de réelles sources ou recherches historiques persos.M’enfin maintenant je ressens quelque chose le jour de Noël en voyant ma petite crèche faite main, j’ai aimé parcourir les articles sur le forum Eveil sur les mystiques chrétiens et en voir la richesse.J’ai toujours adoré visité les églises partout où je passais et y déposer un cierge avec ma famille.J’aime aller écouter des concerts dans les églises ou récupérer des vieux cadres en bois avec des représentations bibliques chez ma grand-tante.En fait ton article me parle même beaucoup plus que je ne le pensais en écrivant ce commentaire tiens ^^.Merci.Et contrairement à toi, je n’entends plus trop ce discours “martyr”.Il est aussi vrai que je fréquente BEAUCOUP les forums et que je suis pas mal dans ma grotte.

    1. Merci à toi ! Halala les concerts dans les églises *__* Ce sont toujours des moments vraiment incroyables. Et les cierges, ça réchauffe tellement le coeur <3

  2. On finit toujours par tomber sur des croyants qui voudront taper sur les autres croyances (toutes confessions confondues). Et c’est vrai que ça n’a pas d’intérêt… (Quand bien même j’ai pu râler / je peux râler parfois contre certains trucs qui ne me plaisent pas… mais je me soigne.)

    “j’ai envie d’en parler mais qui ça va bien pouvoir intéresser ?”
    Si l’envie te prend, surtout, ne te retiens pas (owi s’il te plait, parles-en *-*), ça intéresse probablement plus de gens que ce que tu penses 🙂

    1. Merci ! J’en parlerais beaucoup plus à l’avenir de toute manière vu que c’est une partie de mes pratiques maintenant, bien intégré =) J’ai pas mal de choses, qui seront assez surprenantes je pense, à montrer surtout plus qu’à dire ^^

  3. J’étais athée et eventuellement agnostique avant de me reconnaitre dans un paganisme teinté de cette absence de visage au divin (un cul entre deux chaises un peu différent du tiens mais néanmoins entre deux chaises 😀 )
    A cette période, je suis entrée dans une église (j’aime bien les églises) en Irlande. J’ai vu une jeune femme en prière, dans une telle sérénité que ca m’a mis la larme à l’oeil.
    Je ne te cache pas que j’ai un peu envié cette sérénité sur son visage, presque une béatitude.
    Et pourtant, elle était monothéiste, et moi, je cherchais ma voie 🙂

    J’ai presque envie d’écrire un article réponse au tiens, non pas sur le cul entre deux chaises Monothéisme/Paganisme, mais sur mes propres questionnements liés à mon passif athée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*