Le maître de lumière

41CA2tYHhkL._Il y a des livres comme ça pour lesquels vous vous dites “pourquoi pas”, et vous vous rendez compte au bout d’à peine 3 pages que vous avez un petit bijoux entre les mains. Celui-ci ne fait pas exception. Ce que j’aime dans les biographies se sont les moments où les gens racontent leur transformation, où il y a eu ce déclic, cette prise de conscience, la claque quoi. Je m’émerveille de leur émerveillement face à l’inconnu qui leur est révélé et cette participation silencieuse me permet à moi aussi, quelque part, de m’élever.

L’écriture est fine, poétique, imagée. Les 184 pages défilent et on arrive bien vite à la fin. Je ne sais pas ce qui m’a le plus saisie, l’incroyable cheminement qu’il a du endurer pour arriver au but ou l’improbable retournement de vie qui s’est produit. Passer de chorégraphe reconnu à maître enlumineur, clairement ça n’arrive qu’une fois. Il faut être appelé, comme il l’a été. Son parcours intérieur est tout aussi intéressant que les moments passés auprès de l’ermite, bien sûr j’aurais voulu en savoir plus, toujours plus, mais au final on comprend qu’il fallait peu de mot et qu’il ne fallait pas tout dire.

On le lit lorsque l’on a des moments d’intimité, la nuit, au coin du feu, avec du thé, quand tout est silencieux chez soi, ou dans la forêt, peu importe mais c’est un livre à savourer, à méditer, à manger par petites bouchées comme si c’était votre dernier dessert.

“Quelle folie peut bien pousser un chorégraphe reconnu, comblé de succès et de conquêtes, à devenir le disciple d’un ermite italien ? Pourquoi l’artiste mondain aspire t-il à se transformer en artisan du divin ? Quel irrésistible appel lumineux a t-il entendu résonner dans cette bibliothèque de Turin, en ouvrant un antique manuscrit enluminé ? Jean-Luc Leguay nous narre ici les étapes de sa métamorphose initiatique. Il nous décrit comment, sous la tutelle de son Maître de lumière, il s’astreint pendant des années à une discipline ascétique et à d’humbles travaux. Surpassant le découragement et le doute, il n’accédera au savoir-faire traditionnel qu’après trois grandes nuits d’initiation.”

2 thoughts on “Le maître de lumière

  1. J’avais vu un reportage sur lui il y a quelques temps et j’avais été émue, emballée, tourneboulée par son témoignage et son parcours. J’ignorais qu’il se racontait dans un livre, erreur que je vais réparer. Puissions nous tous trouver notre “Maître de Lumière”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*