L’absolue originalité et le retour en soi

Voilà deux vastes sujets avec lesquels je commence tout juste à me dépêtrer. Même là en voulant écrire cet article je sens que je vais avoir du mal, mais je sais aussi que beaucoup de personnes plus ou moins proches dans mon entourage passent en ce moment par ce genre de questionnement, alors allons-y !

Récemment je me suis heurtée à un mur en voulant pousser un peu plus loin cet espace et mes envies pour un futur que j’espère proche. Cette question et cette problématique revenait sans cesse : comment faire pour être originale ? qu’est-ce qui serait original ?
En faisant quelques recherches tout me semblait déjà exploité, du monde que je souhaite retranscrire. Qu’ai-je à offrir de plus ? Comment faire pour me démarquer ?

tumblr_mlt39tjWOg1s6ugjwo1_400Finalement on grandit dans un monde incroyablement pernicieux : on nous apprend à nous fondre dans un moule et ensuite on nous demande d’être original pour se démarquer. Mais comment faire pour seulement savoir qui l’on est au final ? Qu’est-ce qu’on vaut ? Qu’est-ce qu’on a à dire ? A montrer ?
A contrario à force de vouloir absolument se démarquer de tout on perd de la même manière son identité. On entre dans un groupe qui se veut marginal mais où les gens s’habillent tous de la même façon par exemple. A force de vouloir paraitre unique, créatif et faire rêver et jalouser grâce à une vie à moitié fabriquée de toute pièce on se perd dans une vaste comédie, histoire de sauver les apparences, et peu importe ce qu’il peut bien se passer derrière le rideau tant que la magie opère.
Il y a aussi cette puanteur atroce qui se sent à des kilomètres de ceux qui vous envoient un “je suis extrêmement original parce que je ne pense pas/agis pas comme les autres, je le sais, je le revendique, et je vous chie tous dessus, parce que MOI j’ai quelque chose de spécial et pas vous, bandes de dégénérés”. Les gens qui vous regardent de 3000 mètres de haut parce qu’ils accèdent à un statu quel qu’il soit me sortent par tout les trous. Cette condescendance à deux balles n’aide pas lorsque l’on a déjà pas spécialement confiance en soi, par contre quand on en est plus intimidé on se fend franchement la gueule.

Ce besoin d’avoir quelque chose à dire m’a emmené dans une course contre laquelle j’ai déclaré forfait. Parce que je me suis rendue compte que je n’avais pas à trouver quelque part mon originalité, elle est seulement bien cachée tout au fond de moi. Et que je n’ai pas non plus à prouver à qui que se soit que je vaux quelque chose. J’ai mon propre univers, fait de tout un tas de mélanges, il est forcément original comme tout un chacun. La sincérité envers soi-même est un des piliers qui m’a sauté à la figure lorsque j’ai commencé ce chemin de la terre. Comment arriver à proposer quelque chose si l’on est pas fichu de se regarder en face et de pouvoir se sourire sans l’ombre d’un doute ?

Les choses ont commencé à se débloquer pour moi à partir d’une affirmation que je me suis répétée pendant les moments les plus critiques : je suis quelqu’un de bien.
Et rien que cette petite phrase, ça change tout. Elle entre petit à petit, elle se distille en vous, goutte à goutte. Et plus vous vous la répétez et plus vous vous rendez compte que oui, vous êtes quelqu’un de bien, que vous avez le droit de poursuivre vos rêves et que vous avez surtout le droit d’être aimé pour ce que vous êtes.
Au départ je ne savais pas comment débuter ce chemin, lorsque l’on veut se recentrer souvent on en parle énergétiquement, se reconnecter à la terre, se reconnecter à son énergie/ses chakras, se reconnecter à son pouvoir. Mais avant tout cela, pour moi, je dois me reconnecter à moi-même, à mon être. Qu’ai-je laissé ? Qu’ai-je perdu ? Quelles ont été les transformations majeures, les déchirures, les éclats, les prises de conscience ? Qui suis-je ? Que suis-je devenue ? Pourquoi ? Quels choix bons/mauvais que j’ai fait ?
Ceci sans jugement, juste en observant. Là on a déjà un gros pavé, un gros travail à fournir. C’est un peu un : on efface tout et on recommence. Sans nier les dégâts mais sans les brandir comme un étendard pour les plus simples excuses.

La modestie est également quelque chose qui m’est devenu très important. Cela rentre dans le même cadre que la confiance en soi. Savoir de quoi l’on est capable sans pour autant se la péter, parce qu’en plus d’être ridicule, c’est vraiment pénible. Pour que d’autres apprécient ce que vous êtes il suffit de briller intérieurement, le reste vient tout seul, pas besoin d’un cortège de fans sans cervelle, pas besoin de jouer les drama queen.

tumblr_mg8zfs7LIr1qayzfpo4_400

Ce chemin de la terre m’aide à retrouver de la force. Je n’ai pas encore inscrit les sigils, mais je parle intérieurement souvent à Cernunnos. J’ai demandé de l’aide, à ceux qui étaient dans les autres mondes et qui pourraient m’aiguiller un peu. Gros passage que cela, qui pourtant serait anodin pour d’autres qui dialoguent constamment. Moi j’ai abandonné ce genre de murmures depuis longtemps et je me suis fait violence pour les retrouver et les prononcer. Tout comme mon dialogue intérieur, que j’essaie de valoriser au mieux : arrêter de m’insulter, d’être aussi dure, la culpabilisation intense, lâcher du lest, me réconforter comme si je le faisais à ma meilleure amie etc … Pas évident lorsque l’on se trouve encore physiquement dans une situation bouchée et très difficile à gérer mais on y arrive. Je me répète que chaque pas de plus m’éloigne de tout cela et me rapproche de mon futur début de renaissance.

4 thoughts on “L’absolue originalité et le retour en soi

  1. j’ai récemment tiré une carte, une seule, qui m’a amenée à cette même réflexion : le 6 de coupes dans le Hidden Realm Tarot : regarder ton passé, chaque moment bon ou mauvais, de notre fait ou bien des autres, avec bienveillance et pardon, une immersion purificatrice nécessaire, pour vivre enfin ton présent et ton futur. Et qui permet aussi de mieux aimer les autres, tels qu’ils sont, mais aussi, et surtout toi même. Tu as posé la première pierre : tu es belle, aimante, pleine de valeur, pleine de ressources…. on se le répète, et on y croit 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*