Le jeûne + considérations alimentaires

Le jeûne de Gisbert Bölling
100 questions-réponses sur l’autorestauration.

” Et si l’on s’arrêtait de manger ?
Pendant un jour, une semaine, un mois …
Que se passe t-il lorsque le corps se met en état d’autorestauration ?
Perte de poids, nettoyage, régénération des cellules, renouveau spirituel, détachement …

Quel est le sens du jeûne aujourd’hui, quels en sont les bienfaits ? .. “

J’ai lu ce livre en une journée mais en faire sa review m’a pris plus de temps. Je devais laisser les choses décanter tant certaines informations avaient eu de fortes répercussions. J’ai été contrariée aussi par certaines tournures, certaines affirmations qui font écho à une tendance que je n’approuve pas. J’ai donc décidé de me donner quelques jours afin de pouvoir écrire une review posée et non pas sur le vif, je me serais sans doute mal expliquée, prise dans ma fougue.

Ce n’est pas sa couverture qui m’a convaincue de l’acheter (le ventre plat n’est pas la première des motivations lorsque l’on jeûne, et je doute que se soit réellement le choix de l’auteur) mais l’avis de l’auteure du blog Yogamrita (que je vous recommande, vraiment très bien), si je ne me trompe pas, qui en avait parlé dans son article sur le jeûne. Bien entendu je savais ce qu’était le jêune, les diverses façon de jeûner (hydrique, sec, etc) et les effets sur l’organisme et spirituellement parlant. Du moins je le croyais. Bien sûr je ne me pensais pas être une experte du jeûne entendons nous bien là dessus mais je pensais avoir saisi les grandes lignes, le reste étant l’expérience personnelle.
Ce qui m’a rassurée c’est que Gisbert Bölling sait de quoi il parle puisqu’il pratique le jêune depuis des années et qu’il dirige un “centre”, Jeûne et randonnée. Je savais donc que c’était un connaisseur qui écrivait et non pas un analyste ou quelqu’un qui aurait simplement fait un livre informatif. De plus tout au long de son dialogue il donne des références très intéressantes, d’autres livres, des personnes fortes qui ont contribué à la reconnaissance des bienfaits du jeûne sinon tout simplement de sa connaissance.
Son approche du dialogue par des questions-réponses est pas mal puisque l’on peut sauter directement à ce que l’on veut, cependant il y a quand même une certaine trame, dans un paragraphe vous pourriez retrouver des notions dont il a parlé auparavant et qu’il ne ré expliquera pas. L’autre avantage c’est que l’on a vraiment l’impression d’assister à un dialogue, comme si l’on était avec un ami ou avec lui à table entrain de parler de tout cela, il n’y a pas ce caractère un peu ampoulé, strict, de certains livres.

Dès les premières pages les questions les plus “importantes” sont traitées du moins celles qui, en général, viennent tout de suite à l’esprit : comment ça marche, est-ce que c’est dangereux, combien de temps faut-il le faire, comment faut-il le faire etc … ensuite on entre un peu plus en profondeur dans les mécanismes du corps, au niveau de la digestion, des cellules, bref des mécanismes que nous sommes sensés savoir et comprendre, c’est quand même notre corps, mais que nous ne savons pas ! Je ne sais pas si vous vous souvenez de vos cours de biologie, moi pas. Je me suis posée la question pendant ma lecture et je serais bien incapable de donner avec précision l’emplacement de certains organes et/ou de leur fonction. Paradoxal non ?

En réfléchissant à l’écriture de cet article je me suis demandée comment j’allais bien pouvoir expliquer mon attirance pour le jeûne. Je ne sais pas d’où ça vient, je ne me rappelle pas du moment où j’ai eu le déclic. Tout ce que je sais c’est qu’à un moment donné je me suis dit “je dois le faire, pour le bien de mon corps”. ce n’était même pas une question de perdre du poids, ni de paraitre plus jeune, d’avoir une plus belle peau, c’était en priorité pour aider mon organisme, lui donner un coup de pouce, comme s’il était malade (alors que je ne l’étais pas) et que je lui disais “allez t’en fais pas on va y arriver”. C’était probablement purement instinctif, la toute première fois que j’y ai pensé et que j’ai voulu en faire un et je pense que c’est le cas pour ceux qui ont une démarche autre qu’esthétique. On sent qu’au bout d’un moment il y a quelque chose à faire, de plus intelligent qu’un régime, de plus en adéquation avec notre façon de voir les choses.
J’en viens donc à la notion première et essentielle du jeûne : aider le corps à se régénérer. Se régénérer de quoi pourrait-on penser ? C’est sur ce point que j’ai été agréablement surprise à propos du livre qui fournit des informations très intéressantes, bien que terrifiantes quand on y pense. Voici quelques extraits :

Normalement les intestins s’arrêtent de travailler quand on ne mange plus – bien qu’il reste encore des matières de la semaine dernière ou des incrustations bien plus anciennes. Si des aliments ou des selles restent plus de 24h dans l’organisme, ils commencent à fermenter ou à se putréfier et ils développent des toxines qui se répandent dans la circulation sanguine. Les symptômes sont : fatigue, maux de tête, mauvaise humeur, dépression etc.

[Le jeûne diététique] C’est un jeûne annuel de plusieurs jours pour éliminer les toxines, tissus, cellules mortes et réserves de graisse, pour régénérer l’organisme et stimuler ses défenses immunitaires. Annuel, parce qu’il est conseillé de recycler les dépôts de graisses qui rancissent après un certain temps. Une fois vieillis, ces dépôts deviennent une véritable décharge publique pour une foule d’autres déchets : toxines. scories, tissus inutilisables.

Ce sont surtout vers la fin de la semaine de jeûne que les muqueuses de la parois intestinale se sont régénérées à un tel point que des plaques et restes, anciennes parfois de plusieurs années, se détachent facilement.

J’ai eu comme un blanc lorsque j’ai lu ces passages. Naïvement sans doute, ou en tout cas mal informée, je m’imaginais qu’une fois partis ce qui doit être parti les intestins étaient plus ou moins vides, les aliments sont digérés, les nutriments vont là où ils doivent etc. Jamais je n’aurais imaginé que dans nos intestins, dans les miens, il y a encore des restes tapissés de plusieurs années !  Immédiatement je me suis remémorée l’article sur la nourriture du McDo qui ne pourrit pas, j’ai regardé mon bide et j’ai eu un gros élan de pitié, bon dieu qu’est-ce que j’étais entrain de lui faire subir ? … Toute une liste de produits, de saloperies, que j’ai mangé régulièrement pendant des années s’est mis à défiler dans ma tête. Bien que cela fasse un peu plus d’1 an que nous n’ayons jamais remis les pieds dans une chaine de fast-food l’idée m’a hantée toute la journée, je n’arrêtais pas de me dire que j’étais en fait un vrai nid de trucs qui pourrissent et dont mon corps ne peut pas se débarrasser seul, comme il le devrait, parce que je ne lui en donne absolument pas l’occasion. La nourriture s’entasse, encore et toujours, elle part mais pas complètement.
Le jeûne a alors pris un nouveau sens pour moi, quelque chose qui est devenu absolument nécessaire et dont je comprends encore mieux la finalité, le sens, et le principe de régénération.
Il commence à prendre forme, tant du côté du corps que du côté spirituel. On le sait le jeûne permet d’avoir les idées très claires, d’obtenir des réponses à des questions (qu’on s’est posé ou pas encore), les méditations sont très profondes, on “part” très facilement, on est complètement dans l’instant présent les réflexions sont plus poussées, plus riches.J’avais fait un jeûne de plusieurs jours il y a deux ans et je me souviens très bien de cette impression de clarté, comme je me souviens très bien de tout un tas de sentiments contradictoires et très vifs sur la nourriture. Je ne m’étais pas lancée à l’aveuglette et je ne voulais pas faire de bêtises, là je serais encore mieux parée. En effet l’auteur nous détaille plusieurs possibilités de jeûnes : hebdomadaire, annuel, quotidien. Il nous parle de l’avant jeûne et de la reprise, les choses à éviter et à privilégier. J’ai choisi deux jeûnes que j’aimerais idéalement faire (le jeûne pour être complètement et entièrement efficace doit être fait dans la régularité) un hebdomadaire, c’est à dire une fois par semaine d’un jour, et un annuel c’est à dire une semaine. très sincèrement je ne sais pas si je vais arriver à faire celui d’une semaine, que j’aurais voulu faire après les fêtes en début d’année, et je ne me forcerais pas si je ne le sens pas. J’en reparlerais plus longuement lorsque je vous ferais un compte rendu.Attaquons nous à présent à ce que j’ai moins apprécié dans ce livre. J’ai été bien moins sensible à ses affirmations sur la nourriture bio. C’est un sujet qui me laisse perplexe, et j’ai du mal avec les affirmations telles que “si vous voulez manger sainement ne mangez QUE du bio” sachant que dans ces produits tout n’est pas bio il y a largement de dérives aussi.
Certains paragraphes étaient des redites donc franchement pas indispensable et des questions n’étaient là que pour renforcer ses propres certitudes, on apprenait rien de plus. Au bout d’un moment c’est un peu lourd.

J’aime pardessus tout les gens passionnés, vivant du feu de leur croyance mais je n’aime pas quand le discours devient nombriliste et que l’on assène au fil des pages des vérités qui ne le sont que pour soi, il faut savoir laisser la place à la réflexion et à l’esprit critique.Ce livre ainsi que celui d’ Hellmut Lützner sont les plus complets, de ceux que nous avons en traduction française. Comme le dit l’auteur en France nous sommes ceux qui regardent le jeûne encore comme quelque chose de tabou alors qu’en Allemagne, en Suisse, au Pays-Bas etc des centres spéciaux sont créés, des livres à foison sont écrits et le sujet est largement discuté sans que ce soit vu comme une pratique sectaire, déviante et dangereuse. Il ne tient qu’à nous d’en montrer une image positive à
travers nos expériences personnelles …

1 thought on “Le jeûne + considérations alimentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*