Contemplation

Je ne sais plus si c’est ici ou sur Ancestrel mais j’avais parlé de la contemplation dans un article. Je pense pouvoir dire maintenant, avec toutes ces années de recul, que c’est la contemplation qui m’a amené à la spiritualité. Ce n’est pas une recherche précise, ce n’est pas une révélation, ce n’est pas une capacité particulière. C’est simplement le regard appuyé que je portais sur chaque chose. Tous les gamins regardent ce qui les entourent, certains s’en désintéressent plus ou moins vite et d’autres jamais. Et, parce que j’ai toujours préféré regarder que participer, écouter et entendre que parler, mes perceptions se sont affinées, mon envie de voir ce qui se tramait dans les arbres, sous les racines et dans les champs la nuit était la plus forte. La nature, he oui, toujours elle. Il n’y a pas de plus beau sujet de contemplation.

Je n’avais aucun moyen de retranscrire tout cela par dessin. J’avais des dizaines et des dizaines d’images en tête, impossibles à reproduire. J’ai donc choisis la photo, avec mon appareil pourri. Mais pourtant c’est là, pour ceux qui comprendront le pouvoir intense et très puissant de la brume qui, dès qu’on la regarde, nous transporte dans d’autres lieux. Pour moi elle agit comme un vortex, un portail où pour celui qui y est sensible, il est facile de pénétrer, mais plus long d’en sortir. Et à chaque fois qu’on traverse, il est toujours plus difficile de revenir. J’aurais pu prendre des centaine de photos de paysages enchanteurs, de cimes d’arbres trouées de lumière, de lacs ou de rivières .. mais les deux premières choses auxquelles j’ai pensé étaient la pluie-orage et la brume. Comme nous avions eu l’un dans la nuit, l’autre s’est invitée pour mon plus grand plaisir ce matin.

J’ai toujours pensé que si l’on veut comprendre les choses il faut d’abord les regarder.
Je ne sais plus combien d’heures j’ai pu rester à simplement contempler, parfois en ressassant des pensées qui s’effilochaient au fil des minutes jusqu’à me permettre un silence intérieur total, parfois en arrivant à tourner mon cerveau sur off dès que j’étais assise ou allongée (ce qui était plutôt rare). Ce sont des moments de bien être que l’on ne peut pas décrire, une méditation profonde les yeux ouverts.
Contempler la cime des sapins baignée de brume qui s’étire au fil des heures, laissant des voiles cotonneux, comme de la barbe à papa que l’on tire, et qui reste accrochée aux branches, vous n’avez pas idée de ce que cela me fait … c’est, pour moi, l’instant le plus paisible qui soit.

3 thoughts on “Contemplation

  1. Eh ben c’est super tout ça ! J’ai adoré le texte, l’explication de ce qu’est la contemplation pour toi, et vu ce que je connais de ton appart et de toi, la photo est tellement logique ! Il ne fallait rien de “plus”, rien de différent. C’est parfait.

  2. Ma première idée pour ce thème a été aussi de prendre une photo, car comme toi, je pense que cette notion sublime de contemplation ne peut se faire que par ce qui nous entoure. J’ai choisi une autre image, que j’ai souhaité dessiner, mais le principe est le même. J’aurais pu tout autant photographier un paysage, une forêt… tout autour de nous nous offre à contempler et nous permet de grandir et nous amène la paix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*